agroécologie brésil

L’agroécologie, ou l’art de cultiver en équilibre avec l’humain et la nature

L’agroécologie est une alternative crédible, souhaitable et accessible à l’agroindustrie. Tentative de définition.

C’est peu de dire que le modèle agro-industriel actuel ruine la plupart des agriculteurs, contraints à des conditions de travail déplorables, asphyxiés par des pratiques commerciales profondément injustes.

À lire : En Chine, faute d’abeilles, les agriculteurs pollinisent les plantes à la main

Dans l’agriculture moderne, tout n’est que souffrance, normes et inégalités

Le modèle industriel est totalement dépendant des intrants externes chimiques azotés, des pesticides, gaspille l’eau, pollue les sols et les cours d’eau, détruit la biodiversité, produit d’importantes émissions de G.E.S, confine les agriculteurs à la pauvreté, affame des populations contraintes produire une monoculture destinée à l’export.

En réaction à ce modèle délétère est née une approche durable, nommée agro-écologie. Le terme est né dans les années 1920. Il désigne alors des pratiques de fermes familiales visant à préserver des traditions paysannes face aux méthodes chimiques.

À lire : Face à la sécheresse, les Brésiliens redécouvrent l’agroécologie et le progrès social

Mais certains industriels tentent aujourd’hui de détourner le terme « agroécologique » au bénéfice de leur com’, à fin de greenwashing. Voilà pourquoi il est important de montrer ce que veut vraiment dire agroécologie.

L’art de cultiver en équilibre avec la nature

Aujourd’hui, la notion d’agroécologie désigne aussi bien un mouvement social et humain, que des techniques agricoles respectueuses de l’environnement, du terroir, de la biodiversité. Agroécologie est souvent synonyme de rotation des cultures, variété des semis, usage d’auxiliaires de cultures plutôt que de pesticides, frugalité en eau, engrais verts ou agro-foresterie.

Enfin, l’agroécologie évoque aussi une pratique locale et coopérative de la distribution et de la consommation des produits agricoles (économie circulaire et circuits courts).

Bref, l’agroécologie est un mouvement social de défense d’une agriculture locale, éthique et durable.

L’agroécologie : une agriculture hors marché

L’agroécologie est une agriculture du changement, humaniste et féministe qui vise l’autonomie des populations

Les liens entre l’agroécologie et la permaculture sont grands. Comme la permaculture, elle repose sur les interactions entre végétaux, animaux et humains. Elle refuse d’entrer dans une logique de rentabilité, de compétition, de croissance perpétuelle, d’uniformisation ou de mécanisation à outrance.

Une des priorités de l’agroécologie est d’assurer des produits de qualité vendus au juste prix, afin d’apporter aux agriculteurs une rémunération juste.

En cela, l’agroécologie est une alternative à la fois crédible et accessible à l’agriculture industrielle.

Évidemment, le modèle agro-industriel lutte contre ces pratiques en créant des normes intenables par les petits producteurs éthiques. Malgré tout, la part des petites exploitations dans les pays de l’OCDE a cessé de diminuer, voire augmente ces dernières années, selon la FAO.

Objectif : autonomie

L’agroécologie permet aux agriculteurs de sortir des cercles vicieux dans lesquels le système industriel les plonge. En réduisant les intrants chimiques, ils réduisent leur endettement. En vendant en circuit court et local, ils réduisent leur dépendance dans les marchés internationaux. En améliorant la qualité de leurs produits et la diversité de leurs semences, ils assurent la sécurité alimentaire des territoires face au changement climatique et aux pénuries d’importations.

À lire : Sans touristes, Bali s’effondre et renaît

En Europe, les agroécologistes sont confrontés à plusieurs défis.

-D’abord, la bataille des normes, qui viennent contraindre de plus en plus les petits producteurs.

Ensuite, la guerre pour la liberté des semences. Puis, la nécessité d’accélérer la formation de paysans permettant la transmission des nombreuses exploitations dont les gérants vont partir à la retraite. Enfin, la lutte contre la subvention des groupes industriels au détriment des petites exploitants.

Ces combats doivent se mener à l’échelle de l’Union Européenne, dont la Politique agricole commune a récemment été réformée à l’unique avantage des industriels.

Les sources d’inspirations pour ces agroécologistes sont les pays comme la Suisse, Cuba (cf Ramiro Cobas) et surtout le Sénégal, berceau africain de nombreux programmes d’agroécologie, avec le soutien de la FAO et d’OXFAM.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.