Une pénurie de jouets à Noël !? Crise passagère ou signe d’effondrement ?

Retards, ruptures de stock et gros chagrins : les distributeurs prévoient une pénurie de jouets pour les fêtes. Est-ce une crise anecdotique ou un signe du peak everything (la pénurie de tout) qui annonce l’effondrement du système thermo-industriel ?

La plupart des observateurs mettent la pénurie de jouets de ce Noël sur le dos du COVID et du redémarrage mondial de l’activité post-pandémie.

Mais ils oublient de dire que les problèmes en question ne sont pas conjoncturels mais structurels…

Structurel, pas conjoncturel !

Le saviez-vous ? Les frais de port (locations de conteneurs de 12 mètres de long, venus de Chine) sont passés de 3.000 $ à 19.000 $ en quelques mois.

Dans tous les articles que j’ai pu lire, on explique que la cause de cette explosion des prix est conjoncturelle. Les experts évoquent :

  • l’impossibilité de l’industrie asiatique à répondre à une forte demande post-pandémie. … car le Covid-19 affecte toujours le fonctionnement des usines au Vietnam, en Thaïlande et en Chine.
  • certains grands ports, comme celui de Yantian (Chine) ou de Long Beach (Californie), sont engorgés.
  • les effets du cargo coincé dans le canal du Suez en mars 2021.

Mais, à mon grand étonnement, très peu d’observateurs (sauf eux) évoquent que, depuis la fin des années 1970, nous vivons une « vie low cost » (prix bas) permise par la robotisation, les délocalisations, le nucléaire subventionné, la déréglementation, la défiscalisation agressive, l’endettement à gogo… Un modèle qui arrive à son terme.

La pénurie de jouets ce Noël n’est qu’un début

Et pour comprendre que ce phénomène n’est pas temporaire, mais structurel, il faut prendre en compte plusieurs paramètres à côté desquels les vulgarisateurs sont totalement passés :

  • la hausse des cas de Covid-19 en Asie depuis cet été,
  • la pénurie de matières premières qui touche les composants électroniques, bien sûr, mais aussi le plastique (un dérivé du pétrole), le carton et le bois !
  • les fermetures d’usines et de ports chinois dû à des coupures d’électricité par manque de charbon !

Tous cela montre la grande fragilité des chaînes logistiques, totalement dépendantes de technologies électroniques (ordinateurs, scanners, bras robotisés). Des technologies dont la production est concentrée dans une seule partie du globe.

Peak all

Dans un récent article (à retrouver ici), j’explique que la pénurie mondiale de tout (peak all) est la conséquence inéluctable de l’actuelle pénurie d’énergie et de ressources naturelles mondiales.

  • L’acier est passé de 500 €/tonne à 1900 € en quelques mois,
  • Le cuivre est passé de 4600 € à 9600 €,
  • Le prix du conifère scié, a décollé jusqu’à 600 $ le M3.

Je recommande à ceux qui se passionnent pour les prix des matières premières de garder un œil sur le CRB-BLS US Spot Raw Industrials, l’indice américain des matières premières.

Jusqu’ici prévue pour les années 2050, elle pourrait intervenir bien plus tôt, à cause des sécheresses répétées en Chine.

Catalogues de jouets à trous

Tout ceci conduit à l’abandon de la production de certains jouets et à une inflation.

En sortie d’usines asiatiques, les tarifs sont en hausse de 3 % en moyenne avec une répercussion sur les prix de vente.

Exemple : la poupée Barbie Color Reveal est passée de 20 € à 52 € dans certaines enseignes. Soit une hausse de 160 %.

L’effondrement s’invite sous le sapin, avec l’absence de poupée neuve ou de console de jeu dernière génération dans la hotte du père Noël !

Avec 70 % des jouets achetés en France produits en Asie, la grande distribution et les professionnels du secteur ont des raisons d’être inquiets.

Car ce genre de pénuries ne va pas s’arrêter à Noël… mais risque bien de se généraliser toute l’année.

Déjà, les pénuries touchent le textile (notamment les sneakers).

Au Japon et aux États-Unis, les chaînes de production des constructeurs automobiles ou informatiques sont à l’arrêt faute de semi-conducteurs.

Selon le directeur de Toshiba, « l’approvisionnement en processeurs restera très serré jusqu’au moins septembre 2022 » voire 2023. Et encore, cette prévision serait optimiste, selon le journaliste de Bloomberg qui l’interroge !

Enfin, en Écosse, le Brexit empire les choses. Les stocks de surgelés, de lait et de fruits exotiques sont au plus bas. Scandales locaux : McDonald ne sert plus de milkshakes et KFC… n’a plus de poulet ! Un mal pour un bien ?

Mais alors, on fait comment maintenant ?

Comment expliquer à un enfant que le cadeau dont il rêve ne sera peut-être pas disponible ?

C’est peut-être l’occasion de poser sur la table la question des changements majeurs que nous vivons, du changement de notre mode de vie et de miser sur son intelligence.

Lire aussi : comment répondre à l’éco-anxiété des enfants ?

Peut-être est-ce l’occasion d’imaginer un Noël différent. Pour expliquer qu’à partir de maintenant, les jouets seront de seconde main ou seront fabriqués à la main et emballés dans du tissu.

Si ça peut vous inspirer : l’an dernier, je vous racontais mon Noël alternatif.

Joyeuses fêtes à tous !

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.