toilettes seches odeur
we-pee.com

Toilettes sèches : la vérité enfin dévoilée

L’idée de “faire” sur des toilettes sèches provoque trop souvent une réaction de dégoût. Ces petits-coins verts sont pourtant la manière la plus durable d’aller au trône. Il est donc temps de battre en brèche les a priori, répondre aux questions et rassurer la population ! 

toilettes sèches c'est classe1-Non les toilettes sèches ne sont pas une cabane au fond du jardin. 

Les toilettes sèches n’ont rien à voir avec des latrines ! Elles peuvent même prendre place à l’intérieur de la maison. Il s’agit de poser un pot, d’une dizaine de litres, sous vos toilettes et de recouvrir votre production de sciure de bois ou de paille.

Ni gaspillage d’eau (30 % de notre consommation d’eau potable part en tirant la chasse), ni fosse septique à entretenir et de l’engrais gratis : les toilettes sèches, ce n’est pas le passé, c’est l’avenir ! 

Lire aussi : Pourquoi il vous faut un pyjama

2-Non, les toilettes sèches ne puent pas ! 

La seule odeur que ça dégage est celle du bois ou de la paille qui servent à couvrir les matières. Les plus sceptiques (sorry pour le jeux de mots), pourront toujours parfumer les WC avec des huiles essentielles !

On peut aussi opter pour des toilettes sèches “à séparation”, où un filtre sépare l’urine (qui va dans un contenant particulier), du reste.

toilettes sèches à séparateur

3-Non, vider des toilettes sèches n’est pas dégueulasse !

D’abord, c’est loin d’être une corvée quotidienne. Pour une famille de 4 un tantinet constipée, il faut compter une vidange tous les 3 jours.

Alors, oui, vider son seau dans le tas de compost est… une “habitude à prendre”. Et ce n’est pas vraiment le premier truc par lequel commencer quand on se lance dans l’aventure de l’autonomie. 

Mais bon c’est pas pire que de vider la litière du chat ou déboucher un tuyau encrassé. Il est normal que l’idée vous répugne au départ. Mais, tous les témoignages prouvent qu’en utilisant des copeaux : 1/ il est impossible de reconnaître ses crottes 2/ on ne sent rien. Mais comment se fait-ce ? Tout simplement parce que le compostage n’est pas un fumier ! 

Avec le manque d’eau actuel et à venir, avec les sécheresses et les gens qui crèvent de soif, ça ne te dérange pas de chier dans l’eau potable ? C’est comme cracher dans l’assiette d’un SDF !”

Les recos du maître composteur : le truc, c’est d’éviter la fermentation anaérobie qui provoque l’apparition d’une mauvaise odeur d’ammoniac. Donc, on est généreux sur le copeau de bois ! Attention aussi qu’il ne fasse pas trop chaud dans le toilette, notamment en été. On conseille enfin un seau en inox pas en plastique. Les plus inquiets pourront même suivre une formation en gestion du compost mention toilettes sèches. Ça ne peut pas faire de mal… Par contre, aucun de ces conseils ne vous préservera des odeurs laissées par la personne qui vous a précédé sur le trône. Désolé. 

4-Oui, les enfants s’adaptent très bien aux toilettes sèches !

Pas d’inquiétude : les gosses ont une capacité d’adaptation bien supérieure à la vôtre. Un enfant de 3 ans peut comprendre sans problème qu’à la fin de son popo, il faut jeter une ou deux pelletées de sciure dans le trou. Un jeu d’enfant !

Lire aussi : comment s’essuyer les fesses sans PQ ? (à venir) 

5-Non, les toilettes sèches ne vont pas dégoûter vos invités de marque !

Vous craignez que vos potes (ou vos guests Air’Bnb) ne vous prennent pour un hippie survivaliste et fuient votre habitat ? Détendez-vous ! Pour calmer leurs craintes, vous pouvez coller au mur un mode d’emploi et laisser un “cahier d’expérience” à remplir à la sortie des WC, pour permettre aux prochains utilisateurs de se rassurer. On parie même que vous ferez de nouvelles recrues dans la communauté !

toilettes sèches mode d'emploi
Via mieux-vivre-autrement.com

6-Attention ! On est obligé d’avoir un jardin pour utiliser des toilettes sèches.

Il est interdit de jeter son sac d’excréments à la poubelle ! Il vous faut un jardin où déverser ce “compost” auto-produit dans un bac ou sur un tas, qui pourra ensuite vous permettre de nourrir la terre de votre jardin ! 

La reco du pro : Pour une famille de 4 personnes, on recommande d’utiliser deux composteurs de 450 litres. La 1ère année vous remplissez le 1er composteur, et l’année d’après vous passez au second, en effectuant la rotation tous les ans. Vous pouvez alors vider le 1er composteur : dont le compost finira sa maturation dans votre jardin, en tas. 

Pour tout comprendre, lisez l’article 17 de l’arrêté inter-ministeriel du 7 septembre 2009. En voici un extrait : « par dérogation à l’article 3, les toilettes dites sèches sont autorisées, à la condition qu’elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle, ni pollution des eaux superficielles ou souterraines. Les toilettes sèches sont mises en oeuvre pour traiter en commun les urines et les fèces. Dans ce cas, ils sont mélangés à un matériau organique pour produire un compost. Les sous-produits issus de l’utilisation de toilettes sèches doivent être valorisés sur la parcelle et ne générer aucune nuisance pour le voisinage, ni pollution. »

Et si tout cela ne vous suffit pas, voici une vidéo qui balance encore plus d’arguments !  

 

Il m’en faut un tout de suite ! Mais où me le procurer ? 

Pour les bricolos qui ont la confiance, on recommande “Construire des toilettes sèches à compost”, par Patricia Beucher (2017). 

Pour les autres, vous pouvez allez faire un tour sur le site Fabulous Toilettes, ou du côté des constructeurs Toilettes sèches nature, Terre & via ou Lovely Toilettes (qui font aussi de la location, histoire de tester).