effondrement et travail

Quel job vous attend après l’effondrement ?

Quels seront les métiers en tension après l’effondrement ? Et par quel (vrai) travail allez-vous remplacer votre job à la con ?

« Vivre et travailler au pays ». C’est un vieux slogan, au doux fumet de paysannerie. Un slogan qui pourrait bien devenir la devise de la CTMA, la confédération des travailleurs du monde d’après (on vient de l’inventer).

Moins d’énergie, des systèmes all fucked up, un État impuissant à réorganiser les circuits de production et de consommation, tout conduira à penser lowtech et local. Comme le dit si bien l’ami Yves Cochet, il faudra « produire localement dans des bio-régions municipalistes écolo ». Vous voyez le topo.

Dans ce contexte de retour à une société des années 1920, où les carrioles à cheval auront remplacé bagnoles auto-pilotées, votre diplôme d’Ecole de Commerce ou de Master 2 en fiscalité internationale aura perdu de sa valeur. Alors, viendra le temps de la reconversion.

Lire aussi : La retraite, en profiterez-vous avant la fin du monde ?

La fin des jobs à la con ?

Selon l’anthropologue américain David Graeber, auteur de Bullshit Jobs (2018) le travail contemporain est une « colonisation du vide ». Une activité absurde, qui ressemble à un stage chez les scientologues ou une expérience anthropologique de manipulation mentale.

Que l’on soit au top de la hiérarchie ou magasinier chez Amazon, la plupart des employés subissent désormais un management basé sur la précarité et le stress. Pire : on est tous enjoints de devenir startuper de nous-mêmes.

À l’origine de cette crise du travail : la fin de la croissance, qui oblige les boites à vendre moins cher leurs produits, en payant moins cher leurs employés… associée à une déshumanisation du travail, via la technologie. Le tout débouchant sur une société du mal-être, qui pousse les “premiers de la classe” vers des jobs manuels néo-ruraux… dont nous aurons bien besoin après l’effondrement !

Lire aussi : Ces 6 vidéos “Thinkerview” vont vous ouvrir les yeux sur l’effondrement

Le come-back des métiers oubliés

La crise du coronavirus nous a rappelé que « les métiers les plus importants n’étaient pas ceux que l’on croyait », analyse la sociologue Dominique Méda, soulignant « la contradiction énorme entre la hiérarchie des salaires, de la reconnaissance sociale et l’utilité des métiers ».

De même, il est probable qu’un monde post-effondrement se reconstruise autour de métiers oubliés.

Certes, nous n’aurons plus besoins de caissières (il n’y aura plus de supermarchés), de chauffeurs (il n’y aura plus d’essence), ni de livreurs (adieu Uber, Amazon & consorts)… même s’il restera toujours des colporteurs à charrettes. Mais nous aurons besoins de bras pour les champs, ainsi que de bien d’autres compétences artisanales délaissés.

La question qui fout la merde dans ton couple : qui va faire la vaisselle et garder les mioches ? Assistera-t-on à un nouveau partage des rôles, fondé sur les leçons du féminisme, ou serai-ce le grand retour du patriarcat, façon The handmaid’s tale ? Réponse dans notre article Le féminisme survivra-t-il au collapse ? (à venir).

Choisissez votre futur taf !

Voici quelques métiers auxquels vous pourriez d’ores-et-déjà vous former  :

  • Maraîcher

Comme l’argent ne se mange pas, il va falloir se mettre à bêcher pour nourrir la communauté !

  • Berger

Les moutons, chèvres ou vaches ne vont pas se garder tout seul. Les animaux sauvages, qui reviendront sans doute à l’assaut, ou bien les autres survivants moins scrupuleux, s’en prendront peut-être à votre cheptel.

  • Mécano

Même si les voitures ne fonctionnent plus, nous allons tout de même utiliser bon nombre d’outils d’un fonctionnement parfois complexe. Il bien va falloir concevoir, réparer, entretenir nos “anciennes” machines sans l’aide d’un “S.A.V garanti”.

  • Dentiste

D’abord, les dentistes sont des médecins. Et ça, c’est un premier bon point. Ensuite, ils ont la compétence pour soigner nos pires souffrances : les maux de dents. Merci à eux !

  • Véto

Quand vous aurez troqué votre voiture hybride contre un âne boiteux et que vos poules auront la grippe, vous serez bien heureux de le voir débarquer dans votre champ !

  • Enseignant

Il faut espérer que nous ne perdions pas trop de connaissances en chemin et que nous puissions en transmettre un maximum pour continuer à apprendre et créer !

  • Conducteur de travaux, architecte

Il est le « médecin généraliste » de votre maison, capable de la réparer, l’améliorer, l’agrandir… et on aura bien besoin de constructeurs pour réaménager les ruines d’hier et d’en faire les maisons de demain. On ne parle pas ici de l’architecte-urbaniste visionnaire qui veut planter des tours partout, mais du conducteur de travaux ou de l’architecte casqué, qui passe son temps sur les chantiers et se salit les mains.

  • Designer en permaculture

Il va dessiner votre “environnement”, analyser l’orientation et la configuration de votre maison, de votre jardin, du potager… afin que tout cela soit cohérent et durable. Pour en savoir plus on vous recommande une petite visite sur le site de “permaculturedesign“.

  • Journaliste

Quelle est cette étrange maladie qui décime les récoltes ? Quel temps fera-t-il cette semaine ? Que prévoit le conseil municipal ? Quelles sont les petites annonces d’emplois ? Qui est le nouveau boulanger ? Comment expliquer la hausse du prix des pommes ? Vous ne trouverez les réponses à ces questions qu’à un seul endroit : dans votre journal local. Ou bien sur la Grand Place, le jour où le crieur public vient faire son rapport !     

  • Artiste – Saltimbanque

Les bonnes histoires sont aussi vitales que l’air ou l’eau. Nous ne tiendrons pas longtemps si nous ne pouvons pas rire, ni nous évader, loin de notre quotidien. Il est d’ailleurs indispensable de s’habituer à profiter de loisirs sans écrans.

Tous santons ?

Et on oublie encore le ramoneur, le rémouleur… D’ailleurs, pour vous inspirer, jetez un œil à ce catalogue des Santons, vous pourriez bien y trouver le job de vos rêves et entamer une nouvelle vie professionnelle !