[Livres] Quand la SF imagine le monde d’après

La science-fiction ne se limite pas aux futurs techno-apocalyptiques ou peuplés de zombies : j’ai déniché pour vous une poignée de dystopies écolo et hyper-réalistes.

L’Effondrement de la civilisation occidentale, par Erik M. Conway et Naomi Oreskes (2014)

Un chef d’oeuvre oublié, entre le roman d’anticipation et l’essai. Un historien de 2393 tente de comprendre les causes de l’effondrement, qu’il nomme “l’Âge de la pénombre”. Un réquisitoire accablant pour nos décideurs politiques.

Mon avis : à lire absolument !

 

Black-Out, de Marc Elsberg (2016)

Un thriller apocalyptique : le réseau électrique européen lâche. Une course contre la montre démarre. Les failles de notre système énergétique sont dévoilées.

Mon avis : plein de faits qui foutent la frousse !

Black Out - Marc Elsberg - LTL # 21

Après le monde, de Antoinette Rychner (2020)

En 2022, un cyclone détruit la côté ouest des USA et provoque un krach du système financier. En 2029, un néo-pastorialisme solidaire a remplacé le capitalisme. Entre conte philosophique et dystopie : une tentative d’imaginer le monde d’après. Un récit féministe et féminin, plein d’espoir, de nostalgie et d’élégance.

Mon avis : un roman d’anticipation ultra-crédible, mais pas très original.  Je sais, je suis méchant.

Lire aussi : Livres et collapsologie : ma sélection spéciale « résilient•e bibliophile » (Essais, BD, romans…)

Survivre, de Vincent Hauuy

En 2035, face à la multiplication des catastrophes climatiques, les survivalistes s’organisent. Un milliardaire (Alejandro Perez), tycoon des intelligences artificielles, organise un jeu télévisé intitulé « Survivre ». On part pour un voyage haletant dans les coulisses de cette téléréalité.

Mon avis : un peu trop pompé sur Hunger Games à mon goût !

Le compte à rebours a commencé... SURVIVRE de Vincent Hauuy

Le paradoxe de fermi, de Jean-Pierre Boudine (2002)

Nous sommes en 2018, et nous suivons les traces de Robert Poinsot, qui survit dans son trou rocheux. Ce diogène des temps post-collapse disserte sur l’impuissance de la technologie et l’aveuglement des hommes. Finalement, il sait pourquoi aucune civilisation extra-terrestre ne vient nous visiter… c’est ça, le paradoxe de Fermi.

Mon avis : un conte à la fois poétique et philosophique. Bravo !

Les furtifs, d’Alain Damasio

Cette dystopie dévoile un monde sous contrôle de multinationales qui traquent chacun de nos faits et gestes grâce à des IA. On appelle ça le capitalisme cognitif. L’éducation nationale est en faillite, les communautés autogérées se multiplient, et les Furtifs, des êtres au pouvoir de transformation sèment la terreur.

Mon avis : un beau style, mais une histoire un peu trop « fantastique » pour moi !

Les premières pages des Furtifs !

Nous sommes l’étincelle, de Vincent Villeminot

Face au collapse, deux choix s’offrent à nous : l’utopie, ou la barbarie. C’est ce que raconte l’histoire de Dan et Montana, deux ados accompagnés de leur petite sœur Judith, seuls, paumés au milieu d’une forêt en 2025. Ils font partie d’une poignée d’individus décidés à vivre en autarcie dans la nature, pour réaliser une révolution non-violente, loin des nouvelles technologies. Mais leur rêve n’a que peu d’avenir, face à la barbarie et à la violence des autres.

Mon avis : à mettre entre les mains de votre ado. À la fois captivant et bouleversant.

Livres du moment : Interview de Vincent Villeminot – Nous sommes l’étincelle

The Ministry of the future, de Kim Stanley Robinson

Après nous avoir fait rêver avec sa trilogie sur la terraformation de Mars, le romancier Kim Stanley Robinson a subitement choisi de remettre les pieds sur terre. Dans “The Ministry of the Futur”, il n’existe qu’une seule planète à même de nous accueillir : La Terre. Ou, plutôt, ce qu’il en reste. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Mon avis : du pur génie. Mais je ne suis pas objectif, je suis un geek.

Demain les Barbares, de Franck Poupart

Nous sommes en 2028. La France s’effondre dans une guerre civile entre salafistes et identitaires. Une politique-fiction qui ne laisse pas indemne. Attention : Franck Poupart est un peu le Piero San Giorgio français : un survivaliste proche des milieux d’extrême droite. Beaucoup de survivalistes fachos voient dans ce roman un texte prophétique. Il est à rapprocher du Guérilla de Laurent Obertone.

Mon avis : un livre qui montre combien la tentation du retour à l’esprit de « tribu » est grande et qui nous oblige à nous interroger sur la façon dont la société risque de réagir face à la multiplication des réfugiés climatiques venus de pays voisins de la France (déstabilisés par la crise) et non plus seulement de l’autre côté de la méditerranée…

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.