Madagascar subit la première famine climatique de l’histoire

Depuis le début de l’année 2021, Madagascar est frappée par une famine sans équivalent dans son histoire. Une famine principalement causée par le changement climatique.

Dans un rapport passé relativement inaperçu, l’ONU affirme que l’île de Madagascar est “le premier pays au monde à souffrir d’une famine causée par le réchauffement climatique“.

Il est important de comprendre les tenants et aboutissants de cette famine. Car elle préfigure, malheureusement, ce qu’une bonne partie de l’humanité s’apprête à subir.

Lire aussi : Pénuries, hyperinflation et low-techs : comment le Venezuela traverse l’effondrement.

Sécheresse + Covid = Famine

À Madagascar, l’année 2021 est la pire d’une décennie marquée par des sécheresses prononcées qui ont entraîné un déficit pluviométrique majeur. Depuis 2019, les récoltes sont particulièrement faibles et les stocks ont fondu.

À l’origine de cette crise alimentaire, on trouve la conjugaison du changement climatique avec une déforestation dérégulée et la crise du Covid.

En provoquant des sécheresses, le changement climatique a détruit une partie des productions locales et entraîné une inflation des denrées alimentaires. Dans le même temps, les catastrophes météorologiques (pluies diluviennes, effondrements des sols), ont rendu inaccessibles des voies d’approvisionnement.

Lire aussi : Face à la sécheresse, les Brésiliens redécouvrent l’agroécologie et le progrès social

Mais c’est la crise sanitaire qui a plongé 4 % de la population (plus d’un million de Malgaches) dans la pénurie alimentaire. Le directeur du Programme Alimentaire Mondial, David Beasley, parle même d’une « pandémie de faim ».

L’ONG Oxfam parle même des 3C : Climat, Covid, Conflits. Dans les pays du Sud, « la principale cause de la faim depuis la pandémie » selon l’ONG.

L’agroforesterie pour sauver Madagascar ?

Pour les ONGs sur place, notamment Action contre la faim, le principal axe de travail est de réapprendre aux populations locales à cultiver selon les techniques de l’agro-écologie et de l’agro-foresterie.

Ces enseignements sont devenus un des premiers postes d’investissement du Fonds international de développement agricole (FIDA) de l’ONU. Leur objectif : afin d’aider les populations à produire autrement.

La famine s’étend sur le monde. Selon un rapport de l’ONU, on compte 768 millions de personnes sous-alimentées dans le monde en 2020. Cela représente près de 10 % de la population mondiale. Quant à « l’insécurité alimentaire » (ne pas pouvoir accéder de façon régulière à une alimentation adéquate), elle touche désormais 1 humain sur 3. C’est-à-dire 2,37 milliards de personnes dont la moitié vit sur le continent africain.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.