télétravail sans ordinateur

L’esprit low-tech appliqué au télétravail, ça donne quoi ?

Comment mettre une touche de low-tech dans notre télétravail quotidien ?

L’esprit low-tech

Nous n’avons pas tous un serveur alimenté par un panneau solaire, façon Kris de Decker du Low-Tech Magazine.

Ni un mini-ordinateur auto-conçu et ultra-léger comme ce génial Rabsberry Pi :

Des minis ordinateurs pour un Internet plus sobre et plus éthique

Mais, l’esprit low-tech ne se limite pas à la remise en question des « hautes-technologies » (pour une définition de la low-tech, rendez-vous par ici).

Le schéma ci-dessus définit la notion de techno-discernement et toutes ses composantes. On voit qu’elles vont bien au-delà de l’ingénierie, pour toucher à la politique.

En bref, la low-tech est une démarche visant à :

  • à questionner ses besoins réels,
  • développer des solutions simples et accessibles,
  • minimiser l’énergie nécessaire à leur mise en œuvre.

Appliquée au télétravail, que donne cette démarche ?

Prenons l’exemple des visioconférences.

Mieux vaut les remplacer par des audio-conférences (voire des conf téléphoniques basiques) : elles répondent au besoin en consommant 96 fois moins d’énergie et en simplifiant la vie de tous (on est plus forcé de rester assis devant son écran, mais on peut se lever, ou manger, etc…).

Certes, les visio sont une façon de s’assurer que tout le monde est bien « présent » et qu’il n’est pas en train de jouer à la console ou de faire ses courses.

Si votre boss pense de cette façon, proposez-lui de couper la vidéo lorsque vous ne parlez pas, pour ne l’allumer qu’en cas de prise de parole !

Bye bye Google !

Autre solution alternative, plus sobre et efficience à proposer à son patron : Dégoogliser l’entreprise, en basculant sur un drive alternatif écolo et éthique.

Un cloud dont les sources d’énergie ne sont pas des centrales à charbon du bout du monde… et qui ont une éthique.

C’est notamment le cas de l’association Framasoft qui a développé une gamme assez complète d’outils libres capables de concurrence Google Docs ou Sheefts.

Autre initiative : celle du génial collectif breton Kaz, dont les serveurs sont situés à Rennes.

Côté hébergeur, je pense notamment au Suisse Infomaniak dont je suis client, ou encore à Leviia, dont la communauté low-tech m’a dit du bien.

Je méconnais les autres, alors n’hésitez pas à m’en suggérer en commentaire pour compléter l’article !

La question électrique

Inutile d’acheter en panique un chargeur solaire de camping.

D’abord parce que ces appareils d’appoint ne sont pas assez performants (notamment en hiver) pour assurer une recharge continue d’un ordinateur.

Ensuite parce que ces bidules sont fabriqués en Chine, ce qui n’est ni local, ni low-tech.

En revanche, c’est peut-être le moment de vous tourner vers un opérateur électrique vert ET autonome (le seul en France est Enercoop, les autres sont une privatisation d’EDF sans intérêt) et mettre ses appareils à charger hors des heures de pointe.

Lire aussi : J’ai lâché mon smartphone pour un dumbphone. Et c’est le pied !

Parlons hardware

Quand la high-tech vous invite à jeter ton portable au moindre bug, ou à le recycler (le recyclage n’étant PAS écologique), l’esprit low-tech cherche à prolonger sa durée de vie le plus longtemps possible.

Le saviez-vous ? La confection d’un ordinateur nécessite 100 fois son poids en matières premières, notamment 1,5 tonne d’eau et 22 kg de produits chimiques toxiques.

Fais d’ores-et-déjà le tour des réparateurs d’ordinateur de votre quartier afin de sélectionner celui qui vous inspire le plus confiance.

Ainsi, en cas de pépin matériel grave (la fiche où s’insère le câble du chargeur a du jeu, plusieurs touches du clavier son HS, l’écran fait des siennes, le PC surchauffe…), tu auras vers qui te tourner sans paniquer, ni commander en ligne un nouvel ordi bas de gamme en urgence !

Gare à la 4G

Profitez d’être à la maison pour configurer son smartphone afin qu’il se connecte automatiquement au wifi.

En effet, une conso de 6,7 Go de données en 4G représente 50 kWh d’électricité par mois, soit 3 fois plus qu’avec une ligne ADSL (16 kWh) et 10 fois plus qu’avec la fibre optique (5 kWh) [source ARCEP].

Une vraie pause loin des écrans !

L’esprit low-tech, c’est aussi être persuadé que la vraie vie ne se déroule pas dans la sphère numérique.

D’abord, pendant le travail.

Tu n’es pas obligé de tout faire sur l’ordi !

On peut rédiger un brouillon d’email sur un bloc note papier, puis « mettre au propre » le brouillon sur ordinateur.

On peux aussi tracer sur une feuille de papier les grandes lignes d’un projet, d’un agenda, l’ordre du jour d’une réunion, l’aménagement d’un évènement… en faire une photo ou un scan à envoyer aux collègues.

Ensuite, en dehors du temps de travail.

Il faut aller bien plus loin que le droit à la déconnexion.

Pourquoi ne pas profiter de cette période pour associer les écrans au travail… et l’absence d’écran « à la vraie vie » ?

Combien d’entre-vous switchent d’un écran « pro » à un écran « ludique »… qui est parfois le même !?

Combien d’heures d’écran vous infligez-vous ainsi ? Les québécois se sont posés la question et c’est flippant !

Voici donc une idée low-tech : fermez vos écrans comme vous fermez la porte du bureau.

Je me force à lire des livres, des BD ou des mags « papier », à écouter des podcasts plutôt que regarder du streaming, à sortir SANS SMARTPHONE pour flâner ou faire du sport.

L’idée n’est pas de dépenser de l’argent dans un centre commercial ou une brasserie, mais simplement de m’éloigner des écrans et de retrouver un peu le véritable contact humain sans lequel la technologie finira par tous nous posséder.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.