« Ils sont aveugles ! » Mon analyse du rapport du Haut Conseil pour le Climat

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC), un organe gouvernemental, a rendu un rapport « pratique » (à récupérer ici) pour faire le point sur la transition écologique. Problème : son constat et ses solutions sont totalement à côté de la plaque !

Des chiffres bidonnés

Selon les chiffres du HCC, les G.E.S en France se partagent ainsi :

Ces chiffres n’ont aucun sens puisqu’ils ne prennent pas en compte

  • Les G.E.S émis à l’étranger pour des produits que la France importe.
  • La plupart des G.E.S « transversaux » émis par différents secteurs (par ex les déchets de l’industrie de l’énergie).

Ces chiffres font croire que les principaux responsables du réchauffement climatique sont LES AUTOMOBILISTES. Alors qu’en réalité, c’est L’INDUSTRIE de l’énergie, du bâtiment et de l’agriculture.

On note aussi une volonté de réduire le poids de l’agro-industrie dans les émissions de G.E.S en divisant le chiffre en deux postes distincts : industrie agroalimentaire ET agriculture.

Pourquoi ce choix ? Pour éviter de révéler que ce secteur représente plus de 22% du total et se situe en seconde position derrière le transport !!! On peut parler ici de maquillage organisé par les nomenclatures statistiques internationales !

Notez aussi qu’afin de préserver l’image de l’aviation, seuls les « vols intérieurs » sont retenus dans le calcul… WTF !?

Lire aussi : Oubliez 2050 ! Selon le GIEC, on a 4 ans pour réduire les émissions de G.E.S

De la non-information

Passons à la cartographie de l’évolution de la situation

Regardez ces chiffres. -0,6%… +1%. Sincèrement, ces chiffres ne signifient strictement RIEN. Vous pensez pouvoir remarquer que la taille de votre croissant du matin a augmenté de 1%, ou si votre facture d’électricité augmentait de 0,6%, passant de 100 € à 100,6 € ?

Un tel niveau de précision n’a aucun sens dans un calcul de GAZ ! Nous sommes d’ailleurs probablement dans la « fourchette d’erreur » que tout bon statisticien prévoit.

Cette carte n’est donc là que pour dessiner de petites flèches vertes et faire croire que « ça baisse ».

Un diagnostic totalement faux

Dans la page suivante, le rapport explique qu’en 2019, « la France a émis sur son territoire environ millions de tonnes équivalent CO2 […]. Soit -1,9% par rapport à l’année précédente« .

Ici aussi, le HCC est dans le déni total. Une fois encore, il limite le calcul au territoire national, alors que plus de 30 % de notre consommation globale est importée (source). Où sont les G.E.S. produits par les Français au-delà de leurs frontières ? Des chiffres qui ramèneraient les 6,5 tonnes d’équivalent CO2 par habitant avancées environ 10 tonnes !

Cette informations là sera révélée… discrètement, dans un encart sur « l’empreinte carbone », où on lit que « pour comptabiliser les émissions (…), on
peut suivre deux approches : les émissions territoriales et l’empreinte carbone (qui comptabilise les importations). Or, l’empreinte carbone est environ 50 % plus élevée que les émissions territoriales
« …

Mais alors pourquoi ne pas retenir ce chiffre !? Pourquoi ne pas choisir l’information la plus complète et la plus impactante pour le lecteur ?!

Ensuite, le rapport continue de montrer du doigt les automobilistes, avançant que « les émissions des transports stagnent de façon préoccupante ». Alors que tous les autres secteurs font des efforts !

Évidemment : la plupart de nos industries polluantes sont délocalisées. Et ce n’est pas le transport qui est le problème, mais les produits transportés ! Ceux issus de l’importation, ainsi que les produits agricoles qui traversent le pays pour être distribuées dans les supermarchés.

Le responsable n’est pas le camion : c’est l’absence de politique de relocalisation des productions et l’absence de stratégie de « locavorisme » !

Le rapport conclut que « les efforts récents restent insuffisants » (non sans blague !?) et appelle à « réduire les émissions deux fois plus vite pour espérer atteindre les objectifs« .

Que fait la France ? [rien]

Ma page préférée est sans doute celle-ci. On y lit la réponse politique au diagnostic. Vous ne remarquez rien ? Les chiffres ont soudainement disparu ! Pouf ! Juste des mots, rien que des mots, toujours des mooooots (Dalida si tu nous regardes !).

On se retrouve face à une litanie technocratique insipide et on nous pose des projections.

Vous remarquez que ça baisse jusqu’en 2033. Mais qu’il n’y a aucun détail sur l’action réalisée entre 2018 et 2021. Tous ces chiffres sont des projections hasardeuses et sans aucun intérêt. Des promesses !

Je vous passe la laïus sur l’Europe et surtout le couplet pro-nucléaire expliquant que « les émissions territoriales par habitant de la France sont plus faibles que la moyenne européenne, grâce à un mix électrique moins carboné ».

Devinez quelle est la priorité du HCC….

Mais oui, vous avez compris… c’est de vous faire acheter des voitures électriques !!!

Pas un mot sur la consommation de viande. Ni sur la réduction de nos déchets. Encore moins sur la dé-consommation, ni la relocalisation, ou la taxation de certaines industries polluantes, RIEN.

LA seule politique mise en avant est une stratégie de remplacement des voitures à essence contre des voitures électriques. Point barre.

Bon… il y a aussi un paragraphe expliquant comment la réforme de la Politique agricole commune européenne (PAC) « guidera les actions en faveur du climat à
travers divers mécanismes, principalement incitatifs
« . Je m’esclaffe. INCITATIFS. Ah mais nous sommes sauvés !

Pour ceux qui voudraient avoir une lecture plus réaliste de la réforme de la PAC (qui montre comment elle tente de tuer la bio dans l’œuf) je vous recommande ce billet du blog de Manuel Bompard (député européen insoumis). Il connaît bien son dossier.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.