dont look up happy ending

Quand le GIEC cherche un happy-end au film Don’t Look Up

Alerte au spoiler ! À la fin du film Don’t Look Up, la comète s’abat sur la Terre. Mais si on avait pris au sérieux les deux scientifiques lanceurs d’alerte ? Des chercheurs du GIEC ont tenté d’imaginer la suite.

Pour en savoir plus sur « l’effet DontLookUp », je vous recommande cette interview de Bruno Latour. Elle permet de comprendre pourquoi le film d’Adam McKay est aussi bien une critique de la société du spectacle qu’une satire de la com’ des scientifiques, qui échouent à mobiliser l’opinion.

Mission espoir

À la demande de Netflix, le réalisateur Adam McKay a embauché des climatologues et leur a confié la mission d’imaginer des fins alternatives (et positives) à son film catastrophe.

Pourquoi Randall (Leo DiCaprio) et Kate (Jennifer Lawrence) ont échoué dans leur mission de prévenir la Terre et l’humanité de l’arrivée imminente d’une comète mortelle ? Et comment les faire réussir ? Comment réveiller les consciences ? C’est la mission confiée à des chercheurs/ses du GIEC depuis mars 2022.

S’ils y parviennent, ils auront prouvé au monde que se mobiliser est souhaitable et utile.

Nous ne sommes pas un public passif face à cette crise climatique. Nous pouvons agir. Nous pouvons faire des choix », Adam McKay.

Le GIEC s’y colle

Parmi les chercheurs recrutés, on compte Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et co-présidente du GIEC.

Dans son projet de scénarios alternatifs, publié sur le site The Conversation, les héros organisent une collectif international de scientifiques qui court-circuitent les gouvernements et mobilisent les opinions de l’Europe à l’Inde en passant par l’Amérique Latine. Majoritairement composé d’adolescents, cette jeunesse éclairée met en commun ses connaissances pour imaginer une façon de détourner la comète de sa trajectoire et sauver la Terre. Dans le même temps, un réseau d’entre-aide s’organise pour répondre aux conséquences des la solution imparfaite qu’ils ont proposé.

Alter-idem

Ce scénario est très comparable à celui de l’environnementaliste Ayisha Siddiqa, qui nomme ce collectif de jeunes héros : les Gardiens de la Terre.

Plus classique, le météorologiste Eric Holthaus veut espérer que certains dirigeants mondiaux se réunissent dans un “conseil mondial de la comète” chargé de coordonner le travail de millions de citoyens chargé de construire un lanceur spatial dont la mission sera de dévier la météorite de sa trajectoire. Vive la coopération internationale !

Vous pouvez retrouver les différents scénarios imaginés pour Netflix en consultant cet article (en anglais).

Bref, leur discours est assez violent à l’égard des politiciens. Il rejoint d’ailleurs celui de Pablo Servigne, pour qui « il va falloir compter uniquement sur les mille petits leviers de la société civile et donc forcément sur la désobéissance (ce qui, ne l’oublions pas, peut inclure des personnes de l’administration et des entreprises qui ont encore une éthique)« .

Oui, un autre futur est possible grâce à la mobilisation populaire. Il ne tient désormais qu’à nous (et notamment aux jeunes générations) de l’organiser. Au travail !

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.