faire sa bière maison

Faire sa bière à la maison, sans peine

Imaginez : tous les bars, bistrots et cafés sont fermés ou ont disparu. Les supermarchés ? Vidés. Mais où trouver votre sacro-sainte binouse ? Chez vous, grâce à ce petit tuto pour brasser sa bière à la maison !

Avant de vous lancer dans la fabrication d’une binouse maison, prenez une minute pour découvrir…

L’histoire de la bière

La bibine fait partie de l’histoire de l’humanité depuis ses origines. On en trouve les premières traces en Mésopotamie vers 4000 avant Jésus-Christ, sous la forme d’un breuvage primitif à base de grains fermentés : le Sikaru.

Au 8è siècle après le Jeune.Cheveulu, une plante aux vertus antiseptiques, le houblon, est incorporée au breuvage nommé “Bier” par nos voisins allemands.

En France, comme dans la plupart des pays d’Europe, c’est grâce aux ordres religieux – et en particuliers aux moines – qui conserveront le monopole du brassage jusqu’au 14è siècle ! – que le breuvage se popularise.

De nos jours, pour brasser votre propre cuvée, plus besoin d’opter pour la tonsure (à savoir : le new Frère Tuck porte plutôt une barbe de hipster et une chemise de bûcheron).

Lire aussi

Avertissement : oui, il est tout à fait légal de brasser de la bière chez soi et il n’y a pas de limites de quantité… tant que la production n’est pas commercialisée. Attention la distillation reste pour le coup bien interdite, mais… après l’effondrement il sera peut-être de toute manière préférable d’éviter les alcools forts.

Comment faire sa bière à la maison ?

Pour brasser 20 litres de votre bière maison, vous aurez besoin de matos. Heureusement, tout est disponible en magasin de bricolage.

1-Le matos

Il est possible de faire l’acquisition d’une cuve de brassage électrique mais c’est coûteux (autour de 395 €) et nécessite que vous ayez accès au courant électrique. Bref, pas très autonome, ni durable tout ça ! On va donc opter pour une solution plus “basique / simple”. 

  • 3 cuves d’au moins 20 litres
  • 1 passoire (ou couscoussière) de grande taille
  • 1 réchaud à gaz (ou un feu de cheminée)
  • 1 moulin à céréales (aussi appelé moulin à farine)
  • 1 thermomètre culinaire
  • 1 spatule
  • 1 barboteur* 

*C’est l’ustensible qui fait la différence. Dans les kit, c’est un bouchon de plastique en forme de coude qui referme la cuve de fermentation, tout en laissant s’échapper les gaz. Il agit à la manière d’une valve (rien de rentre depuis l’extérieur – ce qui est mieux hygiène – mais les gaz intérieurs peuvent sortir). Bien sûr, en mode “collapse”, on pourrait remplacer le barboteur par une feuille plastique et un élastique, ou même un simple tuyau, comme dans cette vidéo.  

Mais pour ceux qui veulent garder une hygiène irréprochable, mieux vaut acquérir un barboteur dès à présent (tant qu’internet fonctionne). D’autant plus que ça coûte moins de 20€.

La reco du pro : surtout évitez l’aluminium. Il risque de réagir avec la boisson. Insistez sur la propreté du matériel, qui va jouer sur la qualité de la bière (et sur votre santé). De la même manière, assurez-vous que votre eau est de qualité.

Lire aussi : 4 méthodes naturelles pour purifier l’eau du robinet

2-Les ingrédients

Voici les indispensables. Vous avez de la chance, ils sont plutôt facile à se procurer.

  • 5 kilos de céréales maltées

Elles peuvent être variés, pour alterner les saveurs. Par exemple, on utilise généralement de l’orge, mais le blé et le seigle fonctionnent aussi. Il est d’ailleurs possible de faire le maltage vous-même mais cela prendrait un article en soit. 

Où les trouver ? Sur internet,  on trouve facilement des céréales à bière de qualité bio. Pour ne pas “faire de pub” et que vous puissiez comparer, on va vous citer 3 sources : autobrasseur.fr, rolling-beers.fr et La Malterie du vieux silo.   

  • 50 grammes de Houblon, qui vont apporter une amertume à la bière et la parfumer. Ici aussi, privilégiez la qualité et le bio.

Faire pousser du houblon chez soi, c’est possible ! Le houblon est une liane grimpante qui donne des fruits toutes l’année et pousse à peu près partout. Il demande un arrosage régulier (ce n’est pas une plante de déserts) mais peu d’entretien. Il décorera très bien votre jardin ou votre cour intérieure !

  • 10 grammes de levure

C’est l’ingrédient le plus important. La levure consomme les sucres apporté par les céréales pour en faire de l’alcool et de dioxyde de carbone. Le top, tout comme pour le pain, est de disposer d’un “starter” : c’est-à-dire d’une levure “élevée à la maison”… voici une petite vidéo pour tout comprendre au concept: 

  • 35 litres d’eau, si possible “de source” puisque les sels minéraux vont enrichir les saveurs de votre breuvage. Si non, voici quelques astuces pour minéraliser de l’eau naturellement. 

3-La méthode

Faire une bière maison est un art. Pour vous simplifier le processus nous le divisons en 7 étapes :

1-CONCASSAGE

Broyez votre base de malt dans votre moulin à céréales et recueillez le contenu des grains. L’idéal est de casser le malt en 4 ou 5 morceaux sans en faire de la farine.

2-EMPATAGE

Préparez une marmite de 10 litres d’eau froide au moins, portez là à 70°C et ajoutez votre malt. Mélangez avec la spatule jusqu’à obtenir une texture pâteuse dite « de gruau ».

Attention, il ne faut pas que la préparation soit trop épaisse, n’hésitez pas à rajouter de l’eau au fur et à mesure si besoin. Surveillez la température et attendez qu’elle stagne entre 60 et 65°C.

Une fois ce palier atteint, laissez cuire votre mélange pendant une heure en remuant régulièrement. Une fois l’heure écoulée, augmentez la température jusqu’à 77°C, en faisant attention que la préparation ne brûle pas. Le but est d’extraire l’amidon contenu dans le malt pour le transformer en sucre.

3-LE MOULT

Si vous avez un assistant, c’est le moment de le mettre à contribution… sinon, ça  va suer :  puisqu’il va falloir chauffer 20 litres d’eau à 77°C.

Par ailleurs, disposez la passoire (ou la couscoussière) sur une marmite et versez le mélange d’eau et de malt pour obtenir le moult : un liquide légèrement sucré résultant de la filtration du mélange épais de malt et d’eau.

Puis versez l’eau à 77°C sur ce mélange, pour obtenir le sucre de malt.

Portez le moult à ébullition, jusqu’à obtenir une couche de mousse. Dès son apparition, il convient de réduire le feu tout en remuant régulièrement en prenant garde maintenir la température, sous peine de perdre le sucre et d’obtenir une bière bien trop amère. L’instant est crucial !!!

Incorporez immédiatement un tiers du houblon dès la réduction du feu et la descente de la mousse.

30 minutes plus tard, rajoutez encore un tiers de houblon et une dernière fois 15 minutes après. 15 minutes plus tard, coupez le feu. Ouf !

4-REFROIDISSEMENT

L’objectif est de procéder au passage du moult de 100°C à 20°C, le plus rapidement possible.

Plusieurs options sont possibles, mais en mode collapso le plus simple c’est de déposer votre marmite de 20 litres de moult dans une lit d’une rivière bien froide… ou dans un trou dans la glace si vous êtes en hiver. Une fois votre mélange refroidi, scellez-le avec un couvercle imperméable.

5-FERMENTATION

C’est l’étape ultime, celle qui donne à la bière toutes ses saveurs, grâce à la levure.

Incorporez la levure à votre mélange et remuez avec tonus pour stimuler la formation des bactéries nécessaires à la fermentation.

Pour se débarrasser du CO² présent, placez un tube dans un orifice découpé pour l’occasion dans le couvercle puis 3 jours plus tard le fameux barboteur. Le délai de fermentation varie mais tourne en général autour de 2 semaines.

6-EMBOUTEILLAGE

Votre bière nécessite une dernière touche. Un peu de sucre pour lui donner son pétillant et son alcool. Il est possible d’utiliser du sucre (aux alentours de 120 g) ou du miel. Une fois cela ajouté, laissez reposer le tout deux semaines dans un endroit sombre. Après, vous pourrez enfin remplir vos bouteilles (bien propres) de bière maison.

7-LA DEGUSTATION

À la votre!

Si cet article vous a donné envie de devenir brasseur, voici votre futur livre de chevet : “Faites votre bière”, par J-A.Chandon, 1997.