CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 95

Comment survivre à la disparition du porno en ligne ?

Nous sommes 72 heures après une catastrophe indéterminée. Vous n’avez plus d’électricité, plus de wifi, votre vie est en danger. C’est le moment parfait pour vous masturber. Mais comment faire ? Voici notre guide pour survivre à la fin du porno à volonté.

 Pas le temps de lire ? Écoutez l’article !

Selon une étude menée au bistrot du coin, toute bonne journée commence – ou finit – par une réconfortante séance d’onanisme.

Un moyen tout à fait naturel de nourrir son cerveau avec un paquet d’endorphines (qu’on pourrait définir comme l’hormone du bonheur), de réduire les risques de cancer de la prostate et de d’évacuer un bon paquet de pression (sans mauvais jeux de mots).

En plus cela peut aider les plus anxieux à dormir plus facilement sans cachets, après tout votre survie peut dépendre de vos réflexes. Histoire de faire des économies d’électricité autant revenir aux méthodes de base.

Lire aussi : Boulets ou alliés ? Comment trier vos potes avant l’effondrement

Solution n°1 : magazines, catalogues et littérature érotique

Qu’il s’agisse d’un vieil exemplaire de Hot Vidéo ou d’un catalogue de la Redoute, rien ne peut battre le charme désuet et nostalgique du papier glacé. Ce sera l’occasion de faire travailler votre imagination autant que votre poignet.

Attention cette solution ne convient pas à tous et demande un certain investissement.

Se masturber sur un catalogue de lingerie après avoir eu accès à tout le porno possible et (in)imaginable d’un simple de clic, c’est comme traverser la Manche à la nage. Possible, mais uniquement avec beaucoup d’entraînement et de discipline.

De la même manière la littérature érotique peut être la solution… si vous trouvez un auteur qui vous convient. On évitera donc les textes trop fades comme 50 shades of grey, ou les textes trop piquants comme Les Cent Vingt journées de Sodome ainsi que les écrits de Sade, qui sont plus dans l’excès que dans l’excitation.

L’avis de l’auteur : je conseillerais ce dernier texte en lecture au coin du feu. C’est un texte parfois choquant et, à mon sens, souvent involontairement hilarant: « Il encule un cygne en lui mettant une hostie dans le cul, et il étrangle lui-même l’animal en déchargeant. »

Mais le problème du papier c’est qu’il se dégrade facilement. Nous avons donc pensé à une alternative.

Solution n°2 : les joujous pour adultes 

Evidemment, sans piles ni batteries, difficile de profiter des nouveaux robots sexuels faits sur mesures.  Pour autant, des solutions efficaces restent à la disposition de toutes les bourses : 

  • Des poupées moulées qui sont très réalistes mais difficiles à transporter,
  • Des poupées gonflables qui ont l’attractivité d’une poubelle à verre,
  • Des vaginettes qui ont le défaut d’avoir la personnalité d’une lampe torche,
  • Des oreillers imprimé à l’effigie de vrais gens ou de personnages de mangas.

Si vous ne vous sentez pas de tripoter un tas de plastique bien trop statique, vous pouvez toujours revenir aux arcanes du porno.

Découvrez notre hors-série “APOCOLLAPSE NOW, effondrement et pop culture“, à télécharger gratis ici.

Solution n°3 : les jouets optiques et autres visionneuses

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs glory-holes“, disait mon grand père. Qu’il s’agisse des flip-books dont on fait défiler les pages, des zootropes qui permettent d’observer une animation par une petite fente ou du zoopraxiscope dont on peut remplacer le disque pour changer son animation, on ne peut pas faire plus rudimentaire.

Ses objets sont à l’origine du cinéma, datent tous du 19ème siècle et leur déclinaison pornographique date évidemment de la même époque. D’ailleurs, les premiers films pornographiques de l’histoire étaient diffusés dans des bordels, pour émoustiller la clientèle.

L’intérêt de ses outils c’est qu’ils ne nécessitent pas d’électricité. Le Zootrope est facile à fabriquer mais pas très pratique, puisqu’il faut fermer un œil pour profiter de son animation. De son côté le zoopraxiscope associé à une lanterne magique peut permettre de profiter en famille de diverses animations coquines, un projet prometteur mais qui demande pas mal de préparation si vous en fabriquez un.

Problème : pour vous en procurer un chez l’antiquaire, il vous faudra débourser plusieurs milliers d’euros. Solution : vous n’avez qu’à vous en faire un D.I.Y.

Autre option : le flip-book pornographique, très populaires depuis la seconde guerre mondiale, vous pouvez le faire par vous même ou le commander chez votre libraire érotique préféré. Avec son petit format il est facile de le protéger des intempéries et il n’a pour seul inconvénient que de vous forcer à devenir ambidextre pour pouvoir tourner ses pages. 

Qui a dit que le Porno ne servait à rien ?

Plus d'articles
covid 19 dessin
Masques anti-virus : les 5 must-have de l’été… et des 20 prochaines années !