magazine la maison écologique

La Maison Ecologique, le mag qui transforme vos rénovations en révolution

Voilà bientôt 20 ans que ce bimestriel fait rimer construction/rénovation avec transition écologique. Sa force : son indépendance, qui vous assure une info fiable et impartiale.

Alors qu’il galérait à trouver de bonnes adresses écolos pour rénover une maison en Normandie, le journaliste écolo Yvan Saint-Jours a eu l’idée de créer (avec Aline Martin) un mag pour former et informer le grand public sur les meilleures façons de construire vert. Nous sommes alors en 2001, et internet n’était pas encore la jungle de vrais-faux sites de conseils qu’il est devenue.

Lire aussi : Entrez dans “La Permathèque” : le temple numérique de la permaculture

Gage de confiance

De simple revue destinée aux éco-constructeurs, La Maison Écologique s’est muée en journal de bord, pour ceux qui veulent entamer une véritable transition écologique, loin des fausses bonnes idées, trop subventionnées pour être vraies.

En presque 20 ans d’existence, le mag est devenu – pour l’univers des mags de bricole – ce que l’UFC Que Choisir est aujourd’hui aux comparatifs conso : un gage de confiance.

Qui est Yvan Saint-Jours, son co-fondateur ? C’est l’un des pionniers de la Tiny House en France. Il est aussi à l’origine de la revue Kaizen et du mook collapso Yggdrasil. Enfin, avec son 3è cerveau, il chapeaute la maison d’édition Ypypyp, dédiée la question de l’autonomie.

Magazine référence 

Si on a choisi de vanter les mérites de La Maison Écologique, ce n’est pas par copinage et encore moins après avoir négocié un juteux partenariat commercial… mais juste parce qu’après de nombreux mois de recherche, le nez dans les rayonnages des marchands de journaux, ce titre s’est imposé à nous comme LA référence en matière d’habitat écolo.

On s’est donc dit que nous allions annoncer la bonne nouvelle à nos chers lecteurs effondristes-transitionneurs-néoruraux.

Oui ! On a trouvé mieux que de se casser les yeux sur le moteur de recherche Ecosia, à fouiner le web en quête d’un poêle-bouilleur-à-bois compatible avec votre chauffage central…

Non ! Vous n’aurez plus à mater des tutos Youtube sur “comment tondre un mouton sans lui arracher un téton“, afin récupérer de quoi isoler votre tiny house !

Bref, comme pour Guizmo, chanteur du groupe Tryo et fan du mag : La Maison Écolo pourrait bien devenir votre meilleur conseiller es éco-rénovation de cette bâtisse paysanne du XVIIIè dont vous rêvez jour et nuit !

Ovni des kiosques

Alors, que trouve-t-on dans les pages recyclées de cet “o.v.n.i. des kiosques” ? 

  • Avant tout des remontées de terrain : des portraits d’auto-constructeurs qui racontent leur expérience, des interviews de pros qui livrent leurs analyses, des reportages sur chantier qui dévoilent des savoirs-faire, des tutos-photo pour apprendre à construire un mur ou une éolienne domestique.
  • Mais LME c’est aussi un carnet d’adresses d’associations et d’entreprises spécialisées et de confiance. Et ça, ça vaut de l’ooooor.
  • Enfin, le magazine a sorti 13 numéros hors-série richement illustrés, sur des thèmes aussi prometteurs que Le Bioclimatisme (chauffage et rafraîchissement naturels et gratuits), les cuisines écologiques ou Le Guide pratique de la rénovation écolo. On peut se les procurer jusqu’à 2 ans après leur parution (en même temps, c’est un peu le principe du hors-série).

Qu’est-ce que le prix Eurosolar reçu par le magazine en 2007 ? Eurosolar est une ONG fondée en 1988 à l’initiative de sociaux-démocrates allemands, afin de démocratiser l’énergie solaire (et les énergies renouvelables). Depuis 1992, elle attribue chaque année un européen aux projets qui soutiennent le développement des énergies renouvelables.

Ligne édito engagée

LME n’est pas un mag de “maison & déco” bourré de pubs ou de publirédactionnel : il cultive son indépendance jusqu’à se constituer en SCOP (société coopérative et participative). Un statut d’entreprise très protecteur, parfait pour préserver la liberté d’une rédaction.

Et quand sa trésorerie a un petit coup de mou, l’équipe ne cède pas aux sirènes des bétonneurs-poseurs-de-panneaux-solaires-chinois-défiscalisés, mais lance un crowdfunding – comme ce fut le cas en 2016.

Autre point fort : la ligne éditoriale engagée du mag, qui promeut avec conviction l’idéal d’une “maison passive” et autonome, construite avec des matériaux simples et “conviviaux” (c’est-à-dire accessibles à tous), comme le mélange terre-paille, le bois, le chanvre, la laine de mouton, etc…

Or, c’est jusqu’ici LE SEUL mag dont la vision soit compatible avec la transition vers une l’autonomie et la résilience qui obnubile les collapsos que nous sommes.

Même la revue Système D – dans laquelle nous avions fondé de grands espoirs – tombe dans le panneau du “confort domotique bétonné et robotisé” hyper-gourmand en matériaux fossiles et électricité.

Le carnet du chantier Guédélon : une rubrique du mag Système D qui pourrait vous inspirer. On la découvre en fin de numéro. Une simple colonne, qui raconte une étape du chantier du château médiéval de Guédélon, dans l’Yonne, rénové selon les méthodes du XIIIè sièclé.

Lire aussi : Jean Leclercq, architecte du monde d’après : “j’ai développé une foi dans un avenir incertain.”

Comme le dit si bien Yvan Saint-Jours : “Demander du blé pour la construction paille ou du liquide pour des toilettes sèches, ça peut paraître bizarre, c’est pourtant essentiel“. Alors abonnez-vous !