les bons amis
DBP

Allumer la cheminée : la méthode ultime

Si vous n’avez pas envie que votre salon soit aussi chargé en particules PM10 que les couloirs d’un métro aux heures de pointes, il vous faut apprendre à faire du feu sans fumée. Pour cela, on adopte la méthode d’allumage par le haut. Voici un pas à pas complet.

Le technique top-down consiste à empiler les bûches “en carré” (voir notre illustration). Cette méthode infaillible et révolutionnaire fonctionne aussi bien dans un poêle qu’une cheminée, une cuisinière à bois ou un barbecue. Ses avantages : limiter l’encrassement, prolonge la durée de la flambée, moins polluer.

Lire aussi : 4 méthodes naturelles pour purifier l’eau du robinet

Étape 1 : choisir son bois

Ramasser du bois mort, le débarrasser de son écorce, le fendre dans le sens de la longueur (ainsi la flamme atteindra immédiatement le coeur plus sec). 

Pour les bûches, privilégiez les bois durs à combustion lente (chêne, châtaignier, frêne, hêtre, charme, noyer).  Evitez le bois tendre (platane, érable, peuplier, tilleul, aulne, marronnier). Pour le petit bois, choisissez du bouleau ou des résineux (pin, sapin, épicéa, mélèze). L’idéal pour un feu qui chauffe et qui dure : du bouleau pour démarrer le feu et du charme pour l’alimenter.

Un bois à brûler doit être : sec (1 à 2 ans de séchage pour une bûche), non-traité (pas de vieux meuble), tempéré (entreposé à l’intérieur). 

3 tailles de bois doivent être empilées : des grosses bûches de la taille d’une cuisse ou d’un bras, de plus petites de la taille d’un avant-bras, du petit bois de la taille d’un doigt. 

Étape 2 : choisir un allume-feu naturel 

Il existe dans le commerce une diversité d’allume-feu écologiques. Mais si on vise l’autonomie, priorité doit être donnée au home made.

Attention, beaucoup de sites et de youtubeurs réalisent leur allume-feu maison à partir d’un matériau inflammable trempé dans de la graisse ou de la cire fondue (genre : du papier essuie-tout imbibé d’huile végétale, des chips industrielles, le coton d’un tampon hygiénique… l’horreur). D’autre utilisent des bouchons de liège, des emballages cartonnés ou des rouleaux de papier-toilette. C’est polluant. Vous devez toujours privilégier les méthodes sans papier, ni carton. 

Heureusement, Dame Nature a bien fait les choses. Il suffit de se baisser pour en trouver. Ce sont : 

  • les pommes ou aiguilles de pins sèches (c’est à dire déjà ouverte, sinon, ça se transforme en bombe…),
  • les chardons, les genêts, la mousse sèche, l’écorce de bouleau (n’arrachez pas l’écorce d’un arbre vivant svp !), les champignons d’Amadou séchés (ils poussent autour des troncs), les miettes de bouse de vache bien sèche (même si ça fouette quand même un peu),
  • les hérissons (non ne jetez pas ces petites bêtes au feu !) : taillez un morceau de bois long comme votre avant bras, jusqu’à ce que ton bâton ait de longs copeaux de partout (cf illustration) et faites le sécher.

Étape 3 : empiler les bûches

Superposez les couches de bois en “carré” en veillant à espacer les bûches de plusieurs centimètres (voir illustration). Le feu sera allumé en haut du montage de bûches et  brûlera vers le bas.

  • à la base : des bûches de la taille d’une cuisse,
  • 1er étage : en travers,  bien espacées, poser des bûches de la taille d’un avant bras,
  • 2ème étage : dans l’autre sens,  bien espacées, poser une dizaine de petit bois (des bûchettes ou branches de la taille d’un avant bras),
  • 3ème étage : placez l’allume feu sur les petits bois et resserez-les.
cheminée
Facile, non ?

Étape 4 : allumez l’allume-feu

Pas besoin de vous faire un dessin.

Plus d'articles
Monday Lisa
Se couper les cheveux soi-même sans ressembler à un balais